Partenaires


Eurojust est un nouvel organe de l'Union européenne créé en 2002 pour accroître l'efficacité des autorités compétentes au sein des États membres en matière d'enquête et de poursuites en relation avec des infractions internationales graves, notamment dans un contexte de criminalité organisée.
Un réseau d'experts nationaux sur les équipes communes d'enquête (ECE) a été créé en Juillet 2005. Le réseau, constitué d'au moins un expert par État membre, promeut l'utilisation de ces équipes en les aidant à faciliter la mise en place des équipes, contribuer à la mise en commun des expériences et des meilleures pratiques, et de traiter avec des considérations juridiques. Les experts assistent les professionels dans les États membres avec la mise en place des ECE. Ils communiquent les uns avec les autres afin de faciliter la mise en place des ECE.
Sur demande, les points de contact doivent se fournir mutuellement toutes les informations disponibles qui peuvent présenter un intérêt pour les enquêtes concernant le génocide, les crimes contre l'humanité et les crimes de guerre. Ils peuvent aussi échanger ces informations de leur propre initiative. De plus, les points de contact sont chargés de faciliter la coopération entre les autorités nationales concernées.
The European Judicial Cybercrime Network (EJCN) is a network of prosecutors and investigative judges specialised in cybercrime, cyber-enabled crime and criminal investigations in cyberspace.
Le Réseau ibéro-américain de coopération judiciaire internationale (IberRed) est une structure constituée de points de contact au sein des ministères de la justice et des Autorités centrales, parquets et services publics, ainsi que des conseils généraux des 23 pays constituant la Communauté ibéro-américaine des nations, dans le but d'optimiser les instruments d'entraide judiciaire civile et pénale et de renforcer la coopération entre ces États.
Le Réseau Européen de Formation Judiciaire (REFJ) a été fondée par les écoles de juges et d'autres institutions spécifiquement responsables de la formation des magistrats professionnels de tous les États membres de l'UE.
Le Portail européen e-Justice est destiné à devenir le guichet électronique unique dans le domaine de la justice.
Le réseau se compose de représentants des autorités judiciaires et administratives pour la coopération en matière de droit civil et commercial des États membres. L'objectif principal est de faciliter la vie des personnes confrontées à des litiges de toute nature où il y a un élément transnational (plus d'un État est impliqué).
Le Groupe consultatif des procureurs d'Europe du sud-est est un mécanisme international de coopération judiciaire, formée par les pays de la région SEE avec l'intention expresse de faciliter la coopération judiciaire en d'importantes enquêtes sur le crime trans-frontalières. Cette initiative reconnaît que, comme la criminalité transfrontalière transcende les frontières nationales, la stratégie de lutte contre elle doit avoir une dimension régionale ainsi que nationale. En améliorant les installations disponibles pour l'assistance juridique mutuelle, le SEEPAG cherche à augmenter de manière significative la capacité de chaque Etat de réprimer, de détecter et de poursuivre les crimes transfrontaliers sérieux
L'Office des Nations Unies contre la drogue et le crime est un leader mondial dans la lutte contre les drogues illicites et la criminalité internationale. Créé en 1997 par la fusion entre le Programme des Nations Unies contre la drogue et le Centre pour la prévention internationale, l'ONUDC fonctionne dans toutes les régions du monde à travers un vaste réseau de bureaux extérieurs.
Europol est l'Office européen de police. Sa vocation est d'améliorer l'efficacité et la coopération des autorités compétences des États membres dans les domaines de la prévention et de la répression du terrorisme, du trafic de drogues illégales et d'autres formes graves de crimimalité organisée.
La mission de l'Office européen de lutte antifraude (OLAF) est de protéger les intérêts de l'Union européenne, pour lutter contre la fraude, la corruption et toute autre activité illégale, y compris ceux qui ont lieu au sein des institutions européennes.
ERA
L'Académie de droit européen (ERA) propose une formation aux praticiens du droit dans la justice européenne de coopération pénale et dans d'autres domaines du droit européen. Il a été établi en 1992 à l'initiative du Parlement européen en tant que fondation publique à but non lucratif. Ses patrons comprennent la plupart des Etats membres de l'UE et il est soutenu financièrement par l'Union européenne. ERA fonctionne avec tous les praticiens du droit, qu'ils soient juges, procureurs, avocats de la défense, des policiers ou des avocats dans l'administration publique
Le Programme de soutien à la justice Union européenne-Philippines (EPJUST) est la réponse directe de l'Union européenne (UE) à la demande d'assistance technique du gouvernement de la République des Philippines (GRP) en relation avec le problème des exécutions extra-judiciaires (EEJ) et des disparitions forcées (DF).
Le Conseil de l'Europe, basée à Strasbourg (France), est composé par 47 pays membres. Fondé le 5 mai 1949, le Conseil de l'Europe cherche à développer tout au long des principes communs et démocratiques fondés sur la Convention européenne des Droits de l'Homme et des autres textes de référence sur la protection des individus.
The PC-OC is one of the Council of Europe committees of experts, which functions under the steering of the European Committee on Crime Problems (CDPC).
Le Réseau académique de droit pénal européen (ECLAN pour European Criminal Law Academic Network) a pour objectif de promouvoir la recherche et l'enseignement académiques dans le secteur du droit pénal européen
Le projet EuroMed Justice III financé par l'UE avec un budget de € 5 millions pour la période 2011-2014 entend poursuivre les succès remportés par EuroMed Justice I et II, comme le développement d'un espace euro-méditerranéen de coopération dans le domaine de la justice, en soutenant le renforcement de la capacité des partenaires et en promouvant la modernisation de la justice, y compris un meilleur accès à la justice.
Ce réseau développe ses activités en coordination avec la compétence des pouvoirs exécutifs et les autorités centrales dans le domaine de la coopération judiciaire internationale des États membres des pays de langue portugaise (CPLP).
Le but du Réseau du Commonwealth des personnes de contact est de faciliter la coopération internationale en matière pénale entre les États membres du Commonwealth, y compris l'entraide judiciaire et l'extradition, et de fournir l'information juridique pratique et relevant. Le réseau est composé d'au moins une personne de contact de chacune des juridictions du Commonwealth.
Le Réseau Marocain de Coopération Judiciaire Internationale (RMCJI) est un groupe de magistrats experts en coopération judiciaire internationale ayant pour mission de faciliter, d'améliorer et de promouvoir l'entraide judiciaire internationale demandée ou octroyée par le Maroc, à travers l'assistance active et l'appui aux autorités judiciaires concernées, tant nationales qu'étrangères, en établissant des contacts informels entre elles.
Cette plate-forme est un réseau de coopération internationale des points focaux, qui facilite l'extradition et l'entraide judiciaire en procédures pénales avec les États membres de leur plate-forme.Il identifie également les besoins d'assistance technique pour le renforcement de la coopération judiciaire entre eux et sensibilise les acteurs nationaux de la chaîne pénale sur le rôle et les mécanismes de la plate-forme. Les points focaux nationaux de répondre, au moins une, une fois par an. Pays: Comoros, France (Réunion), Madagascar, Mauritius et Seychelles
Cette plate-forme est un réseau de coopération internationale des points focaux, qui facilite l'extradition et l'entraide judiciaire en procédures pénales avec les États membres de leur plate-forme. Il identifie également les besoins d'assistance technique pour le renforcement de la coopération judiciaire entre eux et sensibilise les acteurs nationaux de la chaîne pénale sur le rôle et les mécanismes de la plate-forme. Les points focaux nationaux de répondre, au moins une, une fois par an.Pays: Burkina Faso, le Mali, la Mauritanie et le Nigeria
The European Network for Victims’ Rights (ENVR) is an informal network of policy officers working at the ministries of justice (or other relevant authorities)
IPA 2017 project is implemented by Gesellschaft fűr Internationale Zusammenarbeit (GIZ), and the Italian Ministry of Interior.
  • ® 2017 EJN. Tous droits réservés.